Alors, pas trop dur le retour ?

13 juil

Parce qu’une expérience comme celle-ci mérite bien un petit épilogue, voici nos sentiments 2 mois après notre retour.

Julie:

Retour: Samedi 14 mai 2011, arrivée à 14h50 à l’aéroport de Lyon St Exupéry. Accueil chaleureux avec bombes serpentins et retrouvailles avec le frère, la soeur et les copains !

Voilà, notre rêve s’est enfin réalisé !!

1 mois et demi déjà que nous sommes rentrés et pour ma part, le retour est un peu rude …

Au début on se sait pas trop où on est… ah oui! on est rentré en France ! On rentre donc avec plein de choses dans la tête et puis on ne sait pas vraiment par quoi commencer quand on nous demande de raconter. En même temps on aimerait pouvoir tout raconter et tout partager !

Qu’il est bon dans tous les cas d’être allé voir ailleurs ce qu’il s’y passe ! On se rend vite compte que nous ne sommes pas le centre du monde et qu’il y a différentes façon de vivre et de penser et ça nous ferait pas de mal d’en prendre de la graine.

Ce qui m’a le plus marqué au niveau culturel et humain c’est l’Asie du sud est. 3 mois dans des pays bouddhistes ça change la vision de certaines choses, et il est fort agréable de constater qu’on peut vivre sans râler et se plaindre. Leur philosophie de vie et leur tolérance vis à vis d’autrui est quelque chose qu’on ne trouve pas en France. Et puis j’ai été beaucoup touché par cet esprit communautaire. Nous, nous vivons dans un pays individualiste où malheureusement, parfois, on ne pense bien qu’à sa petite gueule … Ce voyage en Asie, a également été une bonne  école pour apprendre la patience, ce qui pour moi et ceux qui me connaissent n’est franchement pas négligeable! Les rencontres avec les personnes ont été plus qu’enrichissantes, et ont parfois pas mal fait cogiter mon petit cerveau sur des questions existentielles. Mais bon, on était aussi parti pour ça… pour aller voir ailleurs ce qu’il s’y passe, pour sortir de notre train-train quotidien et penser différemment.

Puis, l’Amérique du sud. Ca a d’abord été un grand voyage avec nos amis Rem et Karo avec qui nous avons passé de super moments. Il n’y a pas eu de réel choc culturel comme en Asie, car la vie au Chili et en Argentine ressemble plus ou moins à celle des Européens. La Bolivie était par contre plus dépaysant. En tout cas, on s’en est pris pleins les yeux !! Une diversité « increible » et gigantesque de paysages, les plus beaux que je n’ai jamais vu de ma vie.

Enfin voilà, voyager sur plusieurs mois c’est la liberté de découvrir une partie du monde et d’aller là où nous voulons, la liberté de ne pas être parasité par des soucis de tous les jours, de ne pas savoir quel jour nous sommes, de ne pas être lobotomisé par les médias, de vivre au jour le jour sans savoir ce qu’on fera 2 jours après, de prendre le temps de « rencontrer » les gens, de s’enrichir des contacts avec les personnes, de prendre soin de soi et de continuer à avoir envie de prendre soin des autres.

Après c’est le retour dans le monde réel. Bon… mais c’est quoi le monde réel ? la vraie vie ?  je me pose encore la question.

Pour nous c’est donc retour à Grenoble, là où on aimerait vraiment s’installer. Le retour n’aurait d’ailleurs pas été le même si nous comptions nous installer sur Paris. On se rend vite compte que nous avons tout de même un magnifique pays, d’une variété de paysages extraordinaire. Aujourd’hui c’est pas facile parce que nous sommes « SDF » et sans emploi. Donc nous sommes de nouveaux avec nos sacs et vivons dans le salon de la famille et des potes. Heureusement que l’entourage est là, nous ne sommes pas seuls et je les en remercie.

Mais c’était le jeu et il en valait bien la chandelle !!

Bref, si vous hésitez encore à franchir le pas de vivre une belle expérience comme celle ci, il faut se donner les moyens de le faire et si vous en avez envie c’est franchement pas compliqué.

Clem:

Bon, je ne vais pas répéter ce que vient de vous exprimer ma moitié, je partage pleinement son point de vue.

Nous sommes redevenus de simples ex-baroudeurs (pas encore sédentarisés pour autant), victimes du syndrome de la feuille blanche quand on nous pose la question « Alors, raconte? »… Difficile de savoir par où commencer tant cette parenthèse est riche de souvenirs, de rencontres, de saveurs et de surprises, et c’est généralement une anecdote qui nous délie la langue, partant alors dans des récits passionnés de nos aventures: les épisodes de transports épiques, les couleurs des marchés asiatiques, la majesté des sommets des Andes, la simplicité de la vie des Laos…

Aujourd’hui que reste-il de ce voyage? Quelques milliers de photos, des Gigas de vidéo dont il va falloir faire quelque chose… Mais plus encore une irrésistible envie de remettre ça, de rayer de nouveaux pays sur notre liste, de ressentir à nouveau cet intense plaisir de la découverte et de l’exotisme. Nous repartirons, c’est sûr. Certainement pas dans les mêmes conditions, probablement pour des durées plus courtes… Mais avoir goûté à ce mode de voyage sac au dos, peu d’euros en poche, partageant souvent une partie de l’inconfort local, abreuvés de sourires de gosses et de rencontres improbables ne nous permet plus d’envisager de voyager autrement. Nous fuirons encore davantage les flux touristiques pressés, aseptisés, souvent peu curieux et peu respectueux des populations locales: vous ne nous croiserez probablement pas sur une croisière Costa.

La prochaine étape sera peut-être même plus qu’un simple voyage. L’envie d’y ajouter une dimension solidaire commence à naitre, les émotions offertes par ces peuples aux vies parfois si laborieuses donnent envie de faire plus que du tourisme, de contribuer à notre humble manière à contrebalancer les vertigineuses inégalités mondiales. L’humilité, voilà certainement le meilleur cadeau que nous aient fait ces 5 mois de voyage.

En attendant on s’efforce de reprendre pied dans la société: boulot, logement et tout l’attirail nécessaire à la vie sous nos latitudes. Pas la partie la plus facile ni la plus excitante de l’aventure mais néanmoins nécessaire, notre vie est ici dans notre belle région et près de ceux qui nous sont chers. Mais ne vous fiez pas à notre ton légèrement amer, nous sommes enchantés d’avoir fait ce choix, et à mille lieues d’un quelconque regret. Et même si nous grinçons des dents devant les reportages de voyage sur France 5, nous sommes heureux.

Nous garderons ce blog ouvert, pour permettre à d’éventuels futurs globe-trotters (pourquoi pas vous?) de profiter de nos expériences, mais aussi de diffuser prochainement nos meilleures photos ainsi que le film de notre voyage, lorsqu’il sera prêt (soyez patients :).

Baroudement vôtres;


Nos coups de coeur:

  • Noel sur notre Jonque dans la baie d’Halong, Vietnam
  • Nouvel an épique à Hanoi, Vietnam
  • Un après midi avec des villageois, région de Dalat, Vietnam
  • Les temples Cham de My Son, Vietnam
  • Une journée en bateau à Phu Quoc Island, Vietnam
  • L’accueil et la gentillesse des Cambodgiens
  • Les temples d’Angkor, Cambodge
  • Les « Hello » et les sourires des gosses, Cambodge/Laos
  • Ile de Don Det, 4000 iles du Mekong, Laos
  • Sulyn et ses cascades splendides, région de Paksé, Laos
  • Vieng Phuka, sa jungle et notre guide Kher, Laos
  • Le curry rouge de Chiang Mai, Thailande
  • Les singes et la fête du roi Narai de Lopburi, Thailande
  • Les plages paradisiaques de Koh Lipe, Thailande
  • La Chillhouse et nos retrouvailles avec les copains, Buenos Aires, Argentine
  • 6 jour de road-trip autour de Salta, Argentine
  • Les asados (barbecues) de boeuf, Argentine
  • La région d’Uyuni, Bolivie
  • L’ascension du Licancabur, Bolivie
  • San Pedro de Atacama, Chili
  • Le trek du W à Torres del Paine, Patagonie, Chili
  • Et bien d’autres choses…

Nos coups de gueule:

  • Les transports interminables et inconfortables, dans leur grande majorité
  • Le sud de la chine à 0% anglophone
  • La bouffe ignoble de la région de Canton, Chine
  • Les taxis-escrocs de Mong Kai, frontière Sino-Vietnamienne, Cambodge
  • Les klaxons permanents à Hanoi, Vietnam
  • Les touristes Koréens sur les temples d’Angkor, Cambodge
  • Les enfants mendiants, Cambodge
  • La pollution et les ordures, tous pays confondus
  • Le sentiment d’insécurité à Valparaiso, Chili
  • La pluie et le froid en Patagonie
  • Le parc national de la Péninsule de Valdez hors saison des animaux, Argentine
  • Mais au final, rien de bien grave…


3 Responses to “Alors, pas trop dur le retour ?”

  1. Meto 18 juillet 2011 at 10 h 35 min #

    Une belle histoire se termine , une autre commence , Le cycle de la vie …meto

  2. Adrien 21 juillet 2011 at 10 h 25 min #

    Je vous embrasse ‘baroudement’ et vous souhaite bcp de courage pour la réaclimatation.
    Ca a été un plaisir de partager votre route.

    A.

  3. catherine 24 juillet 2011 at 19 h 54 min #

    c est un grand plaisir de voir tout ce que ce voyage vous a apporté

Leave a Reply