W: gants et capuche

7 mai

Après notre voyage épique de 4 jours (voir épisode précédent), nous avions en tête de ne plus perdre de temps, et de partir rapidement en direction du parc Torres del Paine pour faire le fameux « W », trek myhtique du sud Patagon. C’était sans compter sans la guigne qui nous accompagne depuis une dizaine de jours… En effet, le jour prévu pour acheter notre ravitaillement et préparer l’expédition s’est avéré tomber le 1er mai: ville morte jusqu’au lendemain, 24h supplémentaires perdues.

Le lendemain, nous apprenons que le Catamaran qui nous permettait d’effectuer le trek en 4 jours ne fonctionne plus depuis la veille. Nouveau coup du sort, nous voilà partis pour 5j de rando au lieu de 4, ce qui complique notre planning de fin de voyage déjà serré… On ne se démonte pas, bouclons nos sacs et prenons le lendemain la route du parc (5h de bus supplémentaires SVP).

Nous sommes donc déposés à la mi-journée a l’administration du parc, départ de notre périple. Le temps est mitigé, quelques gouttes de pluie,  mais laisse une belle part aux éclaircies. Côté vent en revanche, ça souffle copieusement avec des rafales a plus de 100kmh, et de face pour ne rien gâcher. Nous marchons 5h dans la steppe avant de déboucher sur le lac Pehoe, splendide apparition turquoise sur fond de montagne enneigée, avec au premier plan les forêts rougoyantes de l’automne. Splendide, l’appareil photo crépite, la lumière est incroyable… Nous parvenons finalement à notre première étape, le refuge Pehoe ou nous plantons la tente entre deux rafales. Un plat de pâtes plus tard, nous nous glissons dans nos duvets en prévision de l’étape du lendemain.

Le lendemain justement, après une nuit cahotique dans une tente secouée de spasmes violents dûs au vent, nous émergeons au beau milieu de l’apocalypse météorologique: le vent a forci, et une pluie intense tombe à l’horizontale. Il ne fait pas un temps a mettre un puma dehors, de jeunes allemands en ont cependant croisé 3 la veille sur le chemin qui nous attend… Nous partons tout de même en direction du Glacier Grey, bravant les élements hostiles. Sur le sentier nous découvrons peu à peu le lac glaciaire et ses icebergs turquoises. Au bout de deux heures, nous sommes en vue du glacier, mais les conditions météo sont vraiment trop mauvaises, nous prenons quelques photos (pourries) et décidons de rebrousser chemin vers notre première étape. Nous y parvenons trempés jusqu’aux os, transis de froid et un peu frustrés de n’avoir vu ni glacier ni pumas (ces derniers pouvant cependant s’avérer de féroces prédateurs, Julie ne sera frustrée que du glacier pour sa part). Pour couronner le tout, le type du refuge est un trouduc fini et refuse que nous laissions nos vêtements et chaussures a sécher à l’abri.Le moral est aussi bas que le termomètre, et nous envisageons même de mettre un terme à l’aventure le lendemain si les conditions ne s’améliorent pas.

Pour le moment elles auraient plutôt tendance à empirer, les rafales de vent réussissant à plaquer notre tente intégralement au sol, et la pluie se changeant peu à peu en neige… Nous choisissons finalement de passer la nuit dans la cuisine du refuge, bien nous en prendra: les conditions de la nuit seront apocalyptiques et les températures très basses.

Le lendemain, le réveil sonne sur un ciel étoilé. Miracle, la pluie a cessé, le vent s’est radouci et nos fringues ont fini par sécher. Nous repartons donc gonflés a bloc pour cette troisième journée en direction du camping Cuernos. Le temps n’est pas vraiment au grand beau, mais nous offre une belle lumière sur fond de ciel tourmenté et nous profitons des opportunités photographiques à leur juste valeur. Le paysage est encore une fois magnifique, nous longeons des lacs cristallins d’où s’élèvent des colonnes d’eau arrachées pas le vent, une vallée glaciaire blanche et bleue, et des forêts teintées de toute la palette de l’automne. Arrivée en milieu d’aprem au lieu de campement, nous découvrons avec bonheur qu’un des bungalows du refuge (fermé pour l’hiver) a été forcé, nous passerons donc la nuit au sec, et sur des matelas s’il vous plait. Nous le partagerons d’ailleurs avec un couple de français faisant le circuit en sens inverse. Soirée sympa, saucisses-purée et bouteille de vin chilien.

Le lendemain la fête est finie, la pluie est de retour. Chiotte. Nous voilà repartis sur des chemins tranformés en torrents, sous une pluie battante et des températures a vous friser la moustache. le résultat ne se fait pas attendre, au bout d’une heure, nous sommes de nouveau trempés jusqu’aux os, chaussures incluses, ou comment transformer le plaisir de la rando en cauchemard glacial. La perspective de notre prochaine étape -campement de moyenne altitude sous la neige- sans moyen de sécher quoi que ce soit ne nous enchante pas des masses, nous décidons donc la mort dans l’âme de couper court et de rejoindre une des entrées du parc et d’essayer d’attraper un bus qui nous ramènera au bercail.

La chance finira par nous sourire, nous croisons la route de 2 employés de l’hotel Torres qui ferme ses portes le jour même, et qui nous achemineront illico presto dans leur 4×4, dont nous tremperons la banquette arrière avant de se faire déposer exhangues et surgelés a notre hostal…

Bon, le parc Torres del Paine c’est magnifique, mais franchement on en a chié, le mauvais temps et le froid rendant les choses compliquées et sapant le moral des troupes. Un conseil: faites le, mais en saison plus chaude (et sèche), et quand les transports et les hébergements fonctionnent.

Je précise que les images ci-dessous ne reflètent en rien les conditions météo, et furent prises lors des rares éclaircies qui nous furent offertes durant ces 4 jours.

5 Responses to “W: gants et capuche”

  1. catherine 8 mai 2011 at 10 h 22 min #

    Encore de beaux recits et image Meme si ces dernieres etapes ont ete dur avec transport interminable pluie froid neige et aussi deception de ne pas voir ce que vous esperiez vous en garderez un super souvenir bises

  2. Rémi - We Love America Latina 8 mai 2011 at 16 h 15 min #

    He bien messieurs dames chapeau ! J’espère que vos fringues sont sèches et que le moral est revenu au beau fixe. Bonne dernière étape les kids.

  3. Mulot 11 mai 2011 at 0 h 33 min #

    Vous en avez pas marre de tout ces paysages !?… au bout d’un moment ça doit être lassant non ??!!! vous attendez surement avec impatience de revenir dans notre bon vieux beton français.

    Bécots

  4. Blondin 18 mai 2011 at 17 h 25 min #

    Salut les backpackers, ça claque ce trip!
    Déjà bravo pr l’ascension avec Kiki, si on m’avait dit un jour que le Clem’ monterait à 6000m avec envie et ss trop de difficultées! (qd je repense à ta première sortie de snow rando 😉 Bref fallait le faire, bien vu!
    Pr le reste vs êtes tjrs des artistes de la photo, un tas de souvenirs a regarder pdt les soirées d’hiver au coin du feu du Bolos snow camp :-)
    Tengo que terminarlo en Español, que vaya bien para el resto, y que sigueis animado para disfrutarlo como se debe : a tope !
    Un abrazo,
    Blondinos

Trackbacks and Pingbacks

  1. Trek du W / Torres del Paine - 21 mai 2011

    […] Durée : 4 jours Distance : environ 75 km Difficulté : Pas d’énormes difficultés, mis à part peut-être la montée pour aller voir les Torres del Paine le dernier jour Départ : Refugio Paine Grande, au bord du Lago Pehoé Arrivée : Station de bus entrée du Parc Torres Del Paine, Laguna Amarga Ville la plus proche : Puerto Natales Transport : Aller/retour en bus depuis Puerto Natales (9 000 CH$/personne) Autres infos : il faut payer l’entrée du parc national torres del Paine (12 000 CH$ ? ) / vous pouvez manger/dormir au chaud/boire des cocktails à l’intérieur du parc mais attention les prix, ils sont multipliés par 2 minimum. Le camping Lago Grey est payant (3 500 CH$) et propose un mini-mercado + douches chaudes. En revanche, les campements Italiano et Las Torres sont gratuits, mais il n’ y a pas d’eau chaude ! Attention, en dehors de la période Novembre à ars, le trek du W peut s’avérer être difficile à réaliser à cause des conditions climatiques : voir le récit de Clément et Julie […]

Leave a Reply